IRM du Sein et Pelvienne

A quoi sert l’IRM du sein !

Une IRM du sein (ou IRM mammaire) permet de compléter et de préciser l’exploration de certaines anomalies du sein détectées à la mammographie. Ce n’est pas un examen de dépistage.

Pour réaliser l’examen, la patiente se met à plat ventre. Des clichés sont aussi pratiqués après une injection dans la veine d’un produit de contraste, le gadolinium. Par une manipulation informatique des images, il est alors possible de mettre en évidence, si elles existent, des fixations localisées du produit de contraste (ou « prise de contraste ») dans le tissu mammaire et de réaliser des images selon différentes séries de coupes.

Faut-il prendre des précautions particulières avant ou après l’examen ?

Les précautions sont les mêmes que pour tout examen IRM avec injection de produit de contraste, le gadolinium.

Quelles sont les informations apportées par l’examen ?

La visualisation d’une ou plusieurs « prises de contraste » est une des principales informations fournies par l’IRM. Selon le contexte médical et l’aspect des « prises de contraste », ces dernières traduisent certaines pathologies du sein, notamment de nature cancéreuse.

En complément de la mammographie, l’IRM permet le plus souvent de déterminer si les anomalies visualisées nécessitent un traitement. Un des grands avantages de l’IRM est la fiabilité de son résultat : en cas de normalité, on est sûr de ne pas passer à côté d’une pathologie du sein, même de petite taille.

Combien de temps dure l’examen ?

30 à 45 minutes.

A quoi sert l’IRM pelvienne ?

L’IRM pelvienne permet d’analyser les structures pelviennes (utérus, ovaires, vessie prostate, tube digestif, ligaments, muscles et ganglions) et les éléments vasculaires (artères et veines) sur des séries de coupes réalisées selon les 3 axes principaux : transversal, sagittal et frontal. Ces coupes sont en général réalisées sans injection de produit de contraste puis avec injection de produit de contraste.

Cet examen est utile pour évaluer l’extension des tumeurs pelviennes (rectum, utérus, ovaire, prostate…).

Actuellement, c’est surtout un examen prescrit en troisième intention, pour préciser un diagnostic, après une échographie et un scanner.

C’est aussi un examen de surveillance après un traitement chirurgical ou par radiothérapie.

Faut-il prendre des précautions avant ou après l’examen ?

Les précautions sont comparables à celles de tout examen IRM avec utilisation de Produit de contraste, le gadolinium.

Quelles sont les informations apportées par l’IRM pelvienne ?

L’IRM pelvienne permet d’apprécier les contours des différents organes, leur volume et leurs vaisseaux. Elle permet d’étudier et de mesurer l’épaisseur des parois des organes creux.

Les rapports entre les différents organes et leurs interfaces sont aussi bien mis en évidence, en particulier sur les coupes frontales, qui donnent par exemple pour l’appareil urinaire, une bonne vue d’ensemble.

Combien de temps dure l’examen ?

1/2 heure.